FR | EN | DE

Le Centre de santé Saint Vincent (CSSV)
Share

 

Le CSSV a été construit en 2014 à Nyarjwa1, une localité, à 25 km de Juba, où vivent environ 5000 personnes dans quatre villages disséminés sous plusieurs collines. Des villages pauvres et isolés de tout. L’accès au CSSV, par des pistes en mauvais état, nécessite, en 4x4, environ 45 minutes depuis la capitale.

La localité présente une absence totale de structure de santé. La clinique la plus proche est à 15 km. Les populations locales ne peuvent se payer ses services médicaux.

90 % des Sud-Soudanaises accouchent sans le concours d’aucune aide médicale.
Le pays affiche le plus fort taux de mortalité maternelle en couches: 1 sur 48 (plus de 200 fois plus qu’en Suisse). C’est la première cause de mortalité féminine dans le pays.
Le Soudan du Sud ne compte que 8 sages-femmes diplômées et 150 sages-femmes communautaires.

L’objectif du CSSV est d’effectuer un suivi des femmes enceintes et de soigner et prévenir, par l’éducation à la santé, les «maladies courantes de la pauvreté en milieu tropical».
La malaria notamment, endémique, est à l’origine de 20% des décès. C’est la principale cause de mortalité pour les enfants de moins de 5 ans.
Plus généralement, seuls 17% des enfants sont vaccinés (nombreux cas de rougeole).

Les trois-quarts de la population-cible sont composés de femmes et d’enfants.

Une contribution pour l’accès aux soins est demandée aux patients: l’équivalent de 15 centimes de CHF (soit 6 fois moins que dans une clinique privée). L’idée est qu’une participation «symbolique» pour la consultation permettrait de créer un rapport plus sain des bénéficiaires vis à vis de ce projet.

Le CSSV a été inauguré en mai 2015 en présence de 1500 personnes.
Il est ouvert 3 fois par semaine, de 9h30 à 14h30.
L’affluence est très variable: de 6 à 80 patients par jour.

Le personnel médical est constitué de 6 fonctionnaires détachés: un médecin, une pharmacienne, une sage-femme, un laborantin, une infirmière, un aide-soignant...
Le personnel administratif en charge de l’accueil, de la sécurité, du ménage et du transport (du personnel et des malades le cas échéant) est composé de 8 personnes.

Le CSSV dispose d’une ambulance (pour emmener les patients qui en ont besoin à l’hôpital), d’un puits, d’un générateur et de latrines en extérieur.

1. C’est une des régions les moins affectées par le conflit.

Impact de vos dons

Avec 2000 CHF (1840 €), vous financez deux semaines de fonctionnement de ce Centre de santé à Nyarjwa

Autres types de paiement >>

S'inscrire à la newsletter