FR | EN | DE

Au Soudan, Kamal Tadros
Share

Avec Sœur Emmanuelle et Michel Bittar, le président d’ASASE, Kamal Tadros a été l’un des fondateurs de l’action menée au Soudan.
Des origines en 1985 jusqu’en 2011, il a été le Secrétaire National de la Société Saint-Vincent-de-Paul à Khartoum, qui met en œuvre l’ensemble des programmes soutenus par ASASE au Soudan.

Diacre de l’Eglise catholique soudanaise, Kamal Tadros a reçu deux médailles du pape Paul VI.

En 2010, il a été élu « Homme de l’année » (2010) par le département « Aide étrangère » de Caritas Autriche : « Une personnalité impressionnante pour ses efforts incessants en faveur des enfants et des déplacés au Soudan ».

Kamal est né au Soudan, à Atbara en 1935, dans une famille originaire du Sud de l’Egypte.
Son père était agent d’une société anglaise d’importation de gomme arabique.
L’aîné de 10 enfants, le jeune Kamal doit interrompre ses études à 13 ans pour aider son père à subvenir aux besoins de la famille.
Il travaille environ 30 ans comme responsable de la comptabilité dans un département de la Shell Dutch Company. Grâce à son dévouement, tous ses frères et sœurs ont pu poursuivre leurs études, et plusieurs sont devenus médecins ou chirurgiens réputés. Durant ses années à la Shell, Kamal reçoit plusieurs offres d’embauche qui lui auraient permis de s’installer en différents pays ; il les refuse toutes pour rester au Soudan.
Dans les années 70, il s’engage dans la Société Saint-Vincent-de-Paul (SVDP), et en devient rapidement le Secrétaire national.
En 1978, il quitte la Shell Company  pour lancer avec son beau-frère une affaire d’importation de pièces de rechange pour véhicules. Leur entreprise connaît un succès assez rapide.

En 1979, il est ordonné diacre de l’Eglise catholique de Khartoum.

En 1985, il rencontre Sœur Emmanuelle alors qu’elle est à Khartoum. Elle lui propose de démissionner pour s’occuper des enfants des rues. Le lendemain, il accepte et fait le saut.

C’est ainsi qu’en 1986 est ouvert officiellement le premier foyer pour orphelins, des garçons que Kamal est allé chercher dans les rues.

A la même époque, il est nommé par l’Archevêché de Khartoum Directeur de l’Education pour les écoles des camps de déplacés.
En 15 ans, grâce à l’aide substantielle des Associations Sœur Emmanuelle en Europe et de différentes institutions religieuses, le nombre d’enfants bénéficiant de ce programme est multiplié par dix, jusqu’à atteindre 70 000 en 2000. Les professeurs sont formés pendant des séminaires d’été, et les résultats académiques de ces enfants des camps se révèlent finalement excellents.
Malheureusement, Kamal et SVDP subissent toutes sortes de tracasseries et pressions du gouvernement islamique. Une année, 17 écoles sont détruites pour des prétextes divers. Mais, refusant de céder, Kamal et ses équipes en rebâtissent chaque fois ailleurs.

En 1993, Kamal est nommé directeur du comité chargé d’organiser la réception des Chrétiens lors de la visite du pape Jean-Paul II. Les autorités font tout pour que l’évènement soit un échec, mais en vain : l’organisation est une réussite retentissante.

En 1994, il est emprisonné pendant quinze jours dans des conditions extrêmement dures. Sœur Emmanuelle intervient personnellement auprès du président du gouvernement de l’époque. Finalement, ordre est donné de le relâcher et de stopper toutes menaces et sévices.

En 2002, Kamal décide de démissionner de son poste de Directeur de l’Education auprès de l’Archevêché pour se consacrer exclusivement aux programmes de SVDP.

Durant l’été 2011, après avoir longuement préparé son départ, Kamal démissionne de son poste de Secrétaire National de SVDP. Pour des raisons personnelles, sa femme et lui ont décidé de rejoindre leur fille et leurs quatre petits-enfants en Australie.
Voici quelques extraits du communiqué diffusé à l’occasion de son départ et signé par John Ugo Gambolon et Betram Gordon, le duo qui succède à Kamal à la tête de SVDP :
« le Révérend Kamal - l'une des personnalités les plus respectées du Soudan - se préparait à cette éventualité depuis de nombreuses années, plus de dix ans en fait. Son honnêteté et son humilité - inhabituelles même pour un homme religieux - l'ont incité à préparer sa succession bien avant que nécessaire, comme s’il n'avait jamais été certain de ce que l'avenir lui réservait.
(…) Gordon et moi tenons à souligner les aspects positifs de notre longue collaboration avec le Révérend Kamal qui comprennent, entre autres, son exemple d'une vie menée avec honnêteté, amour, droiture, dévouement et engagement. A nos donateurs et nos amis, nous pouvons garantir qu’avec Kamal toujours à la barre dans nos esprits et nos cœurs, rien ne peut nous faire trembler.
(…) A travers son travail à la Société Saint Vincent de Paul, Révérend Kamal a vécu chaque instant de sa vie avec amour et compassion pour les pauvres et dans le respect de toutes les personnes qu'il rencontrait. Nous souhaitons ardemment lui rendre hommage, et nous savons que cette période n’est pas un temps de pause, mais un temps pour réfléchir sur l'héritage qu'il nous laisse, et pour agir de façon à le faire perdurer le plus longtemps possible. QUE DIEU BÉNISSE KAMAL ET SVDP. »

En décembre 2012, Kamal Tadros est revenu à Khartoum pour des raisons personnelles.
Dans un premier temps, il a offert ses services de manière informelle pour aider la direction de SVDP à Khartoum, puis il a été réélu Secrétaire National en septembre 2013.

En 2015, il a décidé de rejoindre définitivement sa fille et ses petits-enfants en Australie.

News

S'inscrire à la newsletter



Impact de vos dons

En faisant un don à l’association, vous deviendrez automatiquement «Ami(e) d’ASASE» et pourrez suivre les actions qu’elle mène via des lettres d’informations trimestrielles.

Avec 100 CHF (92 €), vous offrez une machine à coudre à une diplômée de la formation Couture à Juba, au Soudan du Sud, pour l’aider à démarrer une activité indépendante. + >>

Avec 120 CHF (110 €), vous financez un mois de formation professionnelle à Juba, au Soudan du Sud, pour un adulte vivant avec moins de 2 CHF par jour! + >>

Avec 230 CHF (214 €), vous payez le salaire trimestriel d’un professeur de l’université JPM construite en Haïti suite au séisme de 2010. + >>

Avec 400 CHF (372 €), vous financez 40 heures de salaire d’un professeur de l’école secondaire Baptiste Bethesda en Haïti. + >>

Avec 600 CHF (550 €), vous offrez un kit d’outillage à un diplômé de la formation Mécanique Automobile à Juba, au Soudan du Sud, pour l’aider à démarrer une activité indépendante. + >>

Avec 1100 CHF (1000 €), vous prenez totalement en charge, pendant trois mois, un ex-enfant des rues de Juba, la capitale sud-soudanaise! + >>

Avec 2000 CHF (1840 €), vous financez deux semaines de fonctionnement d’un centre de santé à Nyarjwa, une localité isolée au Soudan du Sud! + >>

Merci!

Autres types de paiement >>