FR | EN | DE

En Haïti, à Hinche
Share


En 2015, la Commune de Hinche a décerné à la Fondation Cosmos le «Diplôme émérite, pour les services exceptionnels rendus à la communauté».

Hinche est la capitale du Département du Centre et par extension du Plateau Central (un quart du territoire national).
Elle est située à 120 km de Port-au-Prince (2h30 de route), et à une trentaine de km (2h !) de la frontière avec la République Dominicaine.
Le site forme une presqu’île entre les rivières de Hiquite et Guyamuco.
La ville est entourée de collines aux pieds desquelles serpentent des dizaines de rivières.
Vers le Sud-Ouest, la région de Pandiassou offre de nombreux lacs.

La ville de Hinche a été fondée au début du XVIe siècle, à la demande d’Isabelle la Catholique, pour servir de lieu de culte à l’Immaculée Conception. Durant la période coloniale, la ville était espagnole.
L’hispanité de la région est bien conservée dans la toponymie des localités et des rivières : Lascaobas, Cerca Cajaval, Rio frio etc…

La population de Hinche est estimée à 130 000 habitants.

Le Plateau Central a longtemps été le grenier de la capitale. C’était traditionnellement une terre d’agriculture et d’élevage. Tous les dimanches, les camions transportaient la nourriture vers Port-au-Prince.
Depuis une trentaine d’années, le trafic avec la capitale est inversé, et la plupart des aliments de base, à part quelques fruits et le manioc, sont importés : viande (poulet de la République Dominicaine ou de Floride), riz, tomates, légumes…

A Hinche, avec 10$ par jour, une famille de 7 personnes vit très correctement.

Actuellement, il n’existe aucune usine à Hinche.
Le commerce se limite à des petits commerces.
Le manque de sécurité est une des difficultés rencontrées par les paysans de la région.Les vols nocturnes de bêtes et de récoltes sont monnaie courante.

Il n’y a aucun service municipal pour la gestion des déchets. Ils sont brûlés dans des petites décharges en pleine ville ou jetés dans les canaux. La rivière qui borde la ville est polluée. Les égouts se bouchent, et en saison des pluies, cela provoque des inondations et des épidémies.

Peu d’automobiles circulent en ville. L’essentiel du trafic motorisé est le fait de motos. Une moto coûte entre 450$ (d’occasion en bon état) et 1200 $ (neuve).

Le taxi-moto est une pratique très développée. Une course de 20 minutes pour aller dans la campagne environnante coûte 2$.

News

S'inscrire à la newsletter



Impact de vos dons

En faisant un don à l’association, vous deviendrez automatiquement «Ami(e) d’ASASE» et pourrez suivre les actions qu’elle mène via des lettres d’informations trimestrielles.

Avec 100 CHF (92 €), vous offrez une machine à coudre à une diplômée de la formation Couture à Juba, au Soudan du Sud, pour l’aider à démarrer une activité indépendante. + >>

Avec 120 CHF (110 €), vous financez un mois de formation professionnelle à Juba, au Soudan du Sud, pour un adulte vivant avec moins de 2 CHF par jour! + >>

Avec 230 CHF (214 €), vous payez le salaire trimestriel d’un professeur de l’université JPM construite en Haïti suite au séisme de 2010. + >>

Avec 400 CHF (372 €), vous financez 40 heures de salaire d’un professeur de l’école secondaire Baptiste Bethesda en Haïti. + >>

Avec 600 CHF (550 €), vous offrez un kit d’outillage à un diplômé de la formation Mécanique Automobile à Juba, au Soudan du Sud, pour l’aider à démarrer une activité indépendante. + >>

Avec 1100 CHF (1000 €), vous prenez totalement en charge, pendant trois mois, un ex-enfant des rues de Juba, la capitale sud-soudanaise! + >>

Avec 2000 CHF (1840 €), vous financez deux semaines de fonctionnement d’un centre de santé à Nyarjwa, une localité isolée au Soudan du Sud! + >>

Merci!

Autres types de paiement >>